fbpx

Basket : le GuyMarGua en voie de sauvetage

Crédits Photos : LRGBB

Basket-Ball
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Depuis quelques semaines, la ligue guadeloupéenne de basket-ball est en ébullition. Après deux ans d’arrêt et de complications, elle a annoncé la reprise des championnats masculins et féminins en ce mois de mars, dans l’optique de la tenue du prochain GuyMarGua.

Ce fût un très long processus et un chemin pavé de multiples embûches, mais on y est. Les basketteurs de Guadeloupe peuvent reprendre les maillots et défendre les couleurs de leur club dans le championnat. C’est une formule conforme aux déclarations du président de la ligue, Patrice Alexis au mois d’octobre 2021, qui englobe tous les clubs qui ont eu la capacité de faire le point sur les joueurs capables de reprendre les entraînements et la compétition. 

Profiter de l’élan du « retour à la normale »

Cette éclaircie, la discipline la doit, en partie, à la vague Omicron et à l’espoir que la baisse de létalité de ce variant à fait renaître. Bon nombre des verrous qui empêchaient la reprise du championnat ont été levés.

« Les mairies qui sont gestionnaires des gymnases, étaient très exigeantes quant à leur ouverture et aux protocoles mis en place et de notre côté nous ne voulions pas lancer de manifestations à l’extérieur. Mais la vague Omicron a relancé l’espoir de vivre avec le virus et les municipalités ont donné leur feu vert pour l’utilisation des gymnases. Dès lors, nous avons relancé les travaux pour la reprise du championnat » explique le président Alexis.

L’urgence se faisait d’autant sentir que dans l’Hexagone, le calendrier se déroule normalement, et cela implique fatalement des participations, ou non à la coupe de France. 

« Dès le départ, trois clubs voulaient s’aligner. Mais quand les dates sont sorties, nous vivions une vague épidémique. De son côté la Guyane a réussi à s’organiser pour présenter une équipe et représenter les DFA mais nous n’étions pas en mesure de faire de même. Désormais, ce n’est plus le cas, puisque la Martinique aussi veut redémarrer son championnat et nous travaillons tous de manière à ce que les choses puissent se faire dès cette saison. »

Les clubs, eux, ont rappelé leurs joueurs, qui, pour la plupart, se contentaient de rencontres improvisées en extérieur. Ainsi, le New Star, l’EDO et la MJCA ont pu reprendre des sessions d’entraînement officiel en vue de la préparation du championnat. 

Du côté des clubs féminins aussi, c’est le branle-bas de combat. Malgré une perte de vitesse indéniable de ces sections, accentuée par la pandémie, cinq clubs participeront au championnat cette saison. En effet, le BMBC, le GGB, la MJCA et l’USR ont été rejoint à la dernière minutes par  l’ABBG de Goyave.

Préparer 2024

Sur le plan administratif et académique, l’absence de championnat a permis à la ligue de concentrer ses efforts sur la structuration de la discipline, notamment grâce à la mise en oeuvre d’un programme de formation renforcé pour les équipes techniques et tous les encadrants. La détection et le travail transversal avec le Pôle ont aussi été maintenus de manière à orienter les talents vers l’INSEP en France, enfin le développement du 3x3 commencé depuis trois ans a perduré et continue son offensive de séduction des plus jeunes catégories.

« Nous avions, avant la pandémie 3 000 licenciés. Je refuse de penser que nous les avons perdus. Désormais, nous devons mettre en place une stratégie offensive pour permettre à tous nos pratiquants de revenir au basket, tout en continuant de recruter chez les plus jeunes, en profitant du dynamisme de l’UNSS. Nous refusons que cette pandémie abîme les espoirs de nos jeunes. » martèle Patrice Alexis.

Rendez-vous dès le 12 mars prochain pour le début des hostilités, puis en mai pour le démarrage du GuyMarGua.