fbpx

JR The Pink Panther avec les riders de Guadeloupe

BMX
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Les jeunes riders de Guadeloupe ont suivi un stage technique intensif d’une semaine, avec le double champion du monde de BMX, Jean-Renaud Ducos de Lahitte plus communément connu sous le nom de JR The Pink Panther.

Il pleut des cordes ce mercredi 31 mars 2021. L’eau ruisselle le long de la rampe et s’accumule dans les virages de la piste de BMX du Vélodrome de Gourdeliane. Et pourtant les jeunes riders sont restent concentrés, enchaînant les départs, sous le regard patient et précis de Jean-Renaud Ducos de Lahitte.

La présence du double champion du monde en Guadeloupe est le fruit d’une rencontre fortuite avec Véronique Vatran, responsable du pôle BMX au comité régional de cyclisme. D’ordinaire, J.R. anime des stages sur tout le territoire français, venir en Guadeloupe était une aubaine.

« Je suis venu pour prendre un peu le pouls de la discipline chez vous. Je suis surpris par la qualité des installations, ce n’est pas tout le temps qu’on voit une piste bétonnée. Cependant, j’ai cru comprendre que le vélo, chez vous, c’était une religion. »  

Oui, mais pas sur toutes ses formes. Le BMX fait partie de ces disciplines bien cachées dans l’ombre du cyclisme sur route, mais qui peut compter sur une solide base de passionnés.

Bosser la technique

Après une année blanche et une reprise dont le rythme est dicté par la crise sanitaire, les riders étaient en manque de pratique, et cela, quel que soit leur niveau. Aussi le stage a réuni non seulement de jeunes licenciés, mais aussi confirmés inscrits au Pôle. Au programme des exercices dédiés capables de permettre un retour rapide et optimal à la compétition.

 « La plupart des riders font des exercices machinalement, sans vraiment y mettre du sens. C’est exactement ce que je ne veux pas. J’essaie de bien expliquer et de bien orienter les séances afin qu’elles soient claires mais qu’ils arrivent à en retenir le maximum pour le reproduire lors des prochaines compétitions. » 

Et J.R. a les outils pour remplir ses objectifs, puisque lorsqu’il ne partage pas son expérience de près de 30 ans dans le milieu du BMX, il est professeur d’EPS. 

Ces échanges sont d’autant plus importants pour les jeunes de Guadeloupe qu’il y a un vrai déficit technique en Guadeloupe dans cette discipline, ajouté à un manque de confrontation.