fbpx

Grand Prix du CD : le bluff gagnant d’Anzola

Cyclisme
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

On pouvait s’y attendre. C’est à la dernière manche de ce Grand Prix du Conseil Départemental que tout s’est joué. Mais pas forcément dans le sens qui aurait été prédit. Alors que personne ne le voyait là, l’échappée de près de 60 kilomètres d’Anzola, lui fait enfiler, au dernier moment la tunique jaune du vainqueur.

Sur ce podium, le voilà en jaune et le premier surpris. Edwin Sanchez Anzola, la seconde pièce maîtresse du Team Cama CCD rafle pour quelques points seulement la tunique de leader à Angel Rivas (UVMG) qui pourtant tenait une excellente forme, et aurait dû, normalement défendre sa position de leader.

Mais voilà, Boris Carène a montré encore une fois sa fine connaissance du peloton Guadeloupéen. Tout s’est joué en deux temps.

Les fuyards et le coup de maître

Dès les premiers kilomètres de course, une bande de fuyards, pas réellement dangereux au général, décident de prendre les devants d’une étape au parcours rapide avec quelques difficultés dans les terres Mouliennes et Abymiennes. Mais ils ne feront pas long feu et se feront vite rattraper par un peloton mené bon train par le Team Cama CCD.

Boris Carène, très surveillé par les hommes de l’UVMG, porte alors un coup de semonce et part en traînant derrière lui son coéquipier Julien Pierrat, puis José Alarcon (USL) et plus loin Luis Mora Ramirez de l’UVMG qui déclenche aussi. La charge de Carène, 8ème au général alors que les points à l’arrivée de cette dernière manche comptent double, sème la pagaille dans le peloton. Cédric Locatin (USL), Deloumeaux, Adrien Urcel, et Larry Lutin augmentent le rythme, dans l’espoir de revenir rapidement sur leurs rivaux.

Chute et confusion

Cette accélération brutale crée une petite pagaille dans le peloton et contre toute attente, c’est Cédric Locatin qui en fait les frais. Le leader de l’USL subit une lourde chute et est contraint de mettre pied à terre. Il ne pourra pas revenir dans la course. Mais il n’empêche que le travail est fait. À peine l’échappée de Boris Carène est-elle reprise, que onze nouveaux coureurs décident de tenter leur chance. Sur la liste, Alidor (JCA), Largitte, Alarcon, Legrand, Urcel et surtout Edwin Sanchez Anzola et son coéquipier Julien Pierrat.

Comme à son habitude, Edwin Sanchez Anzola, en peut s’empêcher de poser une mine après un coup d’œil à son leader. Et voilà que « Pimpim » s’en va, sans crier gare, lui qui ne semblait pas dangereux et que personne ne l’attendait là.

Calculs mentaux

Comment penser que les 36 points d’Anzola, à l’issue de la 5ème manche, peuvent le mener à la victoire ? Quelles sont les conséquences de l’abandon de Locatin ? Pendant que les calculs et les additions se font, les écarts grandissent. Edwin Sanchez Anzola ira jusqu’à compter 5’13 sur son groupe de chasse où se cache Adrien Urcel qui n’a besoin que de la deuxième place pour gagner la compétition et plus de 7 minutes sur le peloton ou est resté coincé le maillot jaune, Angel Rivas. Personne ne roule, personne ne s’entend et ce n’est certainement pas le Team Cama CCD avec deux hommes à l’avant qui bougera.

Urcel se rend compte trop tard de l’opportunité qui lui est offerte, et son réveil tardif ne change rien à la configuration de course. Anzola remporte l’étape, suivi par Julien Pierrat, et Adrien Urcel prendra la troisième place à l’issue d’un rapide sprint à l’arrivée. À noter qu’Anzola conserve son titre puisque c’est lui qui avait remporté la précédente édition en 2019.

 

Les réactions des 3 premiers