fbpx

Et la montagne éleva Bennett et crucifia Brunel

Crédits Photo : CRCIG / Colbi Media Consulting

Cyclisme
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

La journée promettait d’être longue pour les organismes de coureurs du Tour de Guadeloupe avec une course entre Pointe-Noire et Bouillante qui comptait pas moins de six difficultés. Mais pour Brunel elle a tourné au cauchemar et a propulsé Stéfan Bennett vers un 2ème titre consécutif.

Les résultats complets de l'étape ici.

Les Mamelles, la première difficulté du jour, a offert, très rapidement, une vue précise du menu du jour. Un Alexys Brunel devant défendre bec et ongles son maillot face à un Stéfan Bennett qui n’a pas dit adieu à ses chances sur le tour, malgré ses 4 minutes de retard sur son adversaire direct. Mais le glas sonna trois fois.

Premier son, dès la montée de Mahault, Bennett part et attire Senicourt (Premier Tech U 23), Donnenwirth (UVMG), Taïno Caillau (CSCA), Axel Carnier (MAR), Célestin Guillon (Laval), Rapiteau et Eustache. Les deux derniers hommes ne résistent pas au train imposé par le meneur de Eurocycling Trops et sont obligés de glisser, pour se faire rattraper par un groupe formé par une attaque du maillot jaune qui commence (seul, tous ses équipiers ont calé dans la montage) le travail de police.

Auprès du maillot jaune, Boris Carène (Team Cama CCD), Jérémy Deloumeaux (JCA), Ivan Centrone (GEOFCO) qui est tombé en milieu de tableau dans le général. Il ramasse Eustache et Senicourt, qui ne tiendront pas non plus jusqu’à la fin des Mamelles. Axel Carnier est aussi lâché par Bennett mais réussi à accrocher la roue de Brunel. 

Deuxième son, au carrefour Barbotteau, à la sortie de cette première bosse, les deux groupes ont 37 secondes d’écart. Sur le plat, les hommes s’entendent dans les deux groupes. Et pour cause chacun joue pour sa paroisse et n’aura aucune autre occasion que cette étape pour changer la donne. Mais devant le groupe Bennett est bien plus motivé et déchainé. L'écart commence à grandir sans pour autant devenir trop inquiétant. Mais tout cela change en l'espace de quelques kilomètres seulement.

Troisième et dernier son, à Vernou ou Axel Carnier décide de partir, Brunel est dans le doute et laisse filer. Alors qu’il appelle sa voiture technique pour prendre quelques consignes, des voitures techniques, dont celles de l'UVMG qui veut rejoindre Donnenwirth à l'avant. Le véhicule fait le forcing, alors que Brunel est à quelques centimètres seulement. Excédé, il manifeste son humeur et balance un bidon vers les Marie-Galantais. Durant ce petit intermède, son groupe ne l'attend pas, d'autant qu'il faut rattraper Carnier qui joue le général. À ce moment, s'en est fini d'Alexys Brunel.  Au pont de Brefort, il accuse une trentaine de secondes de retard, mais plus inquiétant, il a laissé filer le groupe Bennett à plus de 3 minutes. Il a déjà perdu (virtuellement) le maillot et ne reviendra jamais sur la tête de course. Au contraire, il ira jusqu’à s’enterrer à plus de 12 minutes au passage à Deshaies.

Toute l'ironie de l'affaire, c'est qu'il avait fait vivre ce même cauchemar à Donnenwirth lors de la 6ème étape. Alors que le Marie-Galantais, lui, est flamboyant à l’avant avec Bennett...

La victoire tant attendue pour Premier Tech U 23

Dès lors, Bennett, dans une fine connaissance de la course ne prendra plus aucun risque. Il n’a pas à le faire. Il pourrait viser la victoire d’étape pour le panache, mais ne le fera pas. La photographie de la course est plutôt stable. Le groupe Bennett est à l’avant mais a creusé l’écart à près de 4 minutes au niveau de l’Estomac à Frédéric, encore plus loin derrière, il y a le groupe Eustache qu’à ce moment le maillot jaune n’a pas réussi à accrocher.

À l’avant de la course, grâce à une grosse descente à Loquet-Pigeon, Robin Plamondon fait l’écart avec le groupe. Personne ne le rattrape, pas même Guillon occupé à sécuriser son maillot à pois.

Le sociétaire de la Premier Tech U 23 n’a plus qu’à serrer les dents au virage de la dernière ascension de Village. Malgré sa fraîcheur, Bennett est à 1’18 derrière et de toute manière, les pentes à plus de 17% de dénivelé éclatent rapidement son groupe. Robin Plamondon tient bon et va chercher sa 1ère victoire sur le Tour. Pour le podium, il sera suivi de Tom Donnenwirth (UVMG) et du nouveau maillot jaune Stéfan Bennett. À l'issue du Tour, le général affiche des écarts astronomiques. 16 minutes séparent le 1er du 10ème... Mention spéciale à Boris Carène qui a sécurisé sa place dans le haut du classement grâce à deux étapes de montagne magistrales et un chrono plus que décent.

Quant à Alexys Brunel, il rentrera sous les encouragements d’un public chaleureux, loin… bien loin derrière à 29’59. Il sort des 10 premiers du général à l’issue d’une course qui assassina ses ambitions sur le Tour de Guadeloupe.