fbpx

L'ancien arbitre international Eric Poulat en Guadeloupe

Crédits : OSM

Football
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Eric Poulat, arbitre international (Coupe du Monde 2006) a été sollicité par le cub la Solidarité Scolaire afin d'animer une série de stages et d'ateliers à destination des arbitres de football. Le club pointois s'inquiète, en effet, d'une pénurie d'arbitres dans le département qui risque de gêner le bon déroulement des compétitions dans les années à venir.

Dur de lui arracher quelques minutes. Sur le terrain de la Solidarité Scolaire à la Jaille, l'ancien arbitre international est particulièrement occupé par ses échanges avec les officiels du club. La venue d'Eric Poulat a permis au club d'organiser, en Guadeloupe, les journées de l'arbitrage (18 au 30 octobre) qui ont pour but de présenter, plus en profondeur, le rôle d'un arbitre de foot aux jeunes licenciés et plus généralement aux jeunes qui pourraient être intéressés. Du coup, ce samedi, une grande séance a été organisée sur les terrains de la Solidarité Scolaire, avec une cinquantaine de jeunes qui participent à des mini-matchs. À chaque session, un aspirant arbitre, aidé d'un arbitre formé ou en cours de formation, gère l'ordre sur le terrain et s'assure que les règles soient respectées. Le club espère par ces ateliers ludiques, susciter des vocations et peut-être accélérer le recrutement et la fidélisation de jeunes arbitres. C'est d'autant plus important que c'est une fonction qui peine à se renouveller.

"La Guadeloupe est cruellement en mode d'arbitre. Si on ne travaille pas ce sujet maintenant, on va se retrouver, très vite en manque d'arbitres. C'est dimmage car nous n'avons peut-être pas su aller vers les jeunes pour les intéresser et les flécher vers l'arbitrage. Il faut donc recommencer à la base et vendre cette vocation." Xavier Tian, arbitre et porteur de projet des journées de l'arbitrage à la Solidarité Scolaire.

 

Pour réussir à séduire les jeunes sportifs, le référent de la SS, Jean-Claude Ambroise, explique par le menu détail le rôle des arbitres sur le terrain. 

"Comment tenir un sifflet, comment aimer cette fonciton, comment excercer l'autorité durant la rencontre, faire respecter les valeurs du sport. Toutes ses choses font des arbitres, il me semble, les personnes les plus importantes du terrain." continue Xavier Tian

Les ateliers permettent aussi de tester les qualités athlétiques des arbitres puisque c'est un aspect fondamental du recrutement ainsi que de la carrière des arbitres de football.

Une session de formation dense

Pour ces journées de l'arbitrage (18 au 30 octobre 2022), les arbitres confirmés sont aussi extrêmement sollicités, cette fois en contact direct avec Eric Poulat, qui se charge de l'animation de plusieurs sessions de formation qui ont commencé dès la semaine dernière.

"Nous avons fait une formation des observateurs et de formateurs d'arbitres, ensuite nous avons rencontrés plusieurs joueurs de manière à échanger sur les problématiques de communication avec le corps arbitral. Et puis, en point d'orgue demain, (dimanche 30 octobre) l'ensemble des arbitres Guadeloupéens se retrouvera à la solidarité scolaire pour une remise à niveau technique." 

Cette formation est d'autant plus importante que les règles du jeu sont en constante évolution. Chaque 1er juillet, elles sont actualisées par l'international board, ce qui oblige les arbitres à se mettre régulièrement à niveau. D'autre part, cette formation permet aussi de continuer le travail relationnel entre les arbitres et les joueurs dont les relations restent encore trop conflictuelles peu importe la catégorie de jeu. Un fait qu'Eric Poulat regrette profondément car la situation tarde à évoluer dans le bon sens, malgré les intenses campagnes de sensibilisation.

"Nous restons dans un environnement très contestataire et c''est alimenté par les dérives comportementales dans le monde professionnel qui déteignent sur le football amateur. ll faut vraiment que les hautes instances s'emparent de ce sujet car les professionnels sont des vitrines pour les jeunes, et travailler sur leur comportement permettrait de ramener un peu de sérénité dans le monde amateur." 

Tout de défi, désormais, pour l'arbitrage local, sera de créer des chemins qui mènent des jeunes joueurs qui ne se destinent pas forcément à une carrière internationale vers la formation afin de sauvegarder cette filière.

Le reportage complet ici