fbpx

Interligues féminines, l'Antilles-Guyane réussit sa sortie

Handball
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Les 14 filles representant les Antilles-Guyane au Championnat Interligues de handball ont fait preuve d'abnégation pour réussir leurs matchs de classement. Après trois défaites de rangs, elles ont réussi a sortir la tête haute de ce championnat regroupant les meilleures équipes de chaque région. Une satisfaction pour le pôle Espoir de Basse-Terre qui n'était pas assuré d'y participer début août en raison de la situation sanitaire aux Antilles-Guyane.

Tout comme les garçons au début du mois d'octobre, la selection féminine Antilles-Guyane s'est déplacée en France pour participer au Championnat Interligues. Cette fois-ci ce n'était pas à la Maison du handball à Créteil mais à Tournefeuille près de Toulouse. La mise en route a été âpre pour les joueuses du Pôle Espoir avec trois défaites : 20-14 contre Auvergne-Rhône-Alpes, 19-17 contre la Normandie et 31-16 contre la Nouvelle-Aquitaine (vainqueure de la compétition). Puis la formation Antillo-Guyanaise a déroulé son handball pour s'imposer 25-12 contre La Réunion et 19-13 contre l'Occitanie. L'Antilles-Guyane termine 12e de la compétition et 4e de son groupe.

"Si on peut avoir des regrets, notamment contre la Normandie, les filles sont montées en puissance au fil de la compétition et cela nous montre qu'avec une meilleure préparation, nous aurions pu viser plus haut. Nous avons joué contres des équipes qui ont eu une préparation optimale ce qui peut expliquer les premiers résultas". Vincent Philippart, Responsable du Pôle Espoir féminin de Basse-Terre

Avec une reprise des entraînements au Pôle le 13 septembre dernier, la préparation n'a effectivement pas été optimale. En plus de cela, il faut rajouter une saison 2020-2021 sans compétition.  Cependant, contrairement aux garçons, la selection Antilles-Guyane est composée à 90% de filles issues du Pôle Espoir de Basse-Terre. Ainsi, même sans préparation digne de ce nom, elles se connaissent et ont déjà des automatismes sur le terrain et n'ont pas besoin de regrouper ; elles sont sur le même territoire. Seules deux joueuses de Martinique sont venues renforcer la sélection (une gardienne et une arrière gauche).

"c'est un tour de force d'y avoir participé"

Mais le meilleur bilan à tirer de cette compétion pour Vincent Philippart c'est la participation de l'Antilles-Guyane aux Interligues.

"Ce n'était pas gagné d'avance ! Quand on a commencé à évoquer les Interligues avec la Fédération Française de Handball, on était en plein confinement en Guadeloupe. On failli ne pas venir, donc c'est un tour de force d'y avoir participé." 

Une participation aux Interligues permet aux jeunes du Pôle de pouvoir se mesurer à d'autres joueuses de haut niveau, en ces temps de disette sportive en Guadeloupe, ce genre de compétition est plus que necessaire. Même si les joueuses ne peuvent défendre leurs couleurs du mieux qu'elles le peuvent, l'Interligues est également une très bel outil de détection pour les pôles France.