fbpx

Didier Dinart "ne se ferme aucune porte" quant à l'avenir de sa carrière

Crédits Photo : OSM

Handball
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Le champion Guadeloupéen et ancien sélectionneur de l’équipe nationale de handball d’Arabie Saoudite a été reçu, ce 25 février 2022, par les encadrants de l’Intrépide de Sainte-Anne. Une petite parenthèse dans ses vacances qui lui permet d’échanger avec les futurs champions de la discipline.

C’est presque une tradition chez les champions de l’archipel en visite chez eux. Aller au-devant des jeunes de leur discipline pour les inspirer voire même, susciter des vocations. Ce vendredi soir, ce sont les jeunes de l’Intrépide de Sainte-Anne qui profitent de quelques minutes privilégiées avec le champion Didier Dinart. Sous leurs applaudissements, le coach des sections délie le long palmarès du champion avant de passer la parole aux jeunes joueurs.

Et ça ne manque pas… la première question concerne la route vers le haut-niveau et les clubs professionnels et la réponse est la même : ne pas hésiter à partir de Guadeloupe, à trouver d’autres solutions que les Pôles en cas de refus, continuer les performances et s’armer d’une très grande détermination. Ce discours, aussi commun soit-il, Didier Dinart est convaincu qu’il faut le rabâcher, mais au-delà de cela il s’agit surtout de venir compléter le travail accompli par l’encadrement des clubs.

« L’encadrement a la tâche d’aider les jeunes à faire les bons choix. De mon côté, je viens compléter ce travail en offrant à ces jeunes, qui ne passent pas forcément par le pôle l’opportunité de se tracer un chemin vers le haut-niveau. Ça passe notamment par la Air Caraïbes Cup  que nous organisons, quand il n’ont pas pu passer par le Pôle. C’est grâce à cela que j’ai pu aider Timmy Petit qui aujourd’hui est passé professionnel à Saint-Raphaël et qui ira bientôt à Limoges, Dylan Lopez aussi a pu bénéficier d’un coup de pouce, de même que Yohan Bourgueil. »

Un rôle de référent que le Guadeloupéen prend d’autant plus au sérieux qu’il est conscient de ne pas avoir eu cette chance, lors de ses tous premiers pas à Dijon.

Et après l’Arabie Saoudite ?

Sur le plan professionnel, Didier Dinart s’est montré peu locace quant à ses projets futurs. Pour rappel, il est arrivé à la tête de la sélection de l’Arabie Saoudite en août 2021 avec la mission de la qualifier pour les championnats du Monde 2023. C’est chose faite. Lors du championnat masculin d'Asie tenu en janvier dernier, il remporte la médaille de bronze en battant l’Iran 26-23. Il quitte ses fonctions de sélectionneurs dans la foulée avec la satisfaction du devoir accompli, mais surtout d’avoir su sortir de sa zone de confort.

Pour la suite, le Guadeloupéen a avoué avoir reçu quelques demandes mais il dit vouloir se donner le temps de la réflexion.

« Je suis venu me ressourcer en Guadeloupe parce qu’il n’y a pas d’autres endroits où j’y arrive aussi bien. L’heure est à la récupération et à l’analyse car le choix que je vais faire implique un choix de vie et je dois le prendre en compte. Mais je ne suis pas inquiet, chaque chose en son temps, pour l’heure je profite des jeunes. »

Didier Dinart ne se fermera cependant aucune porte et à l’évocation de Paris 2024, il répond « pourquoi pas, sans objectifs et sans ambitions on n’y arrive pas » d’autant que le mercato des sélections ne va pas tarder à commencer. Pour l’heure, le Guadeloupéen semble aussi concentré sur la perspective d’une reprise de l’Air Caraïbes Cup, pénalisée par deux années de pandémie. Didier Dinart et l’organisation espèrent trouver une formule idéale qui permettra à l’événement de reprendre assez rapidement.