fbpx

6 choses à savoir à 100 jours des Jeux Olympiques de Tokyo

JO Tokyo 2021
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Ce mercredi 14 avril 2021, l’ensemble des institutions du sport Français ont enfin pu présenter, à la fois les ambitions de la délégation et les conditions d'organisation des prochains Jeux Olympiques de Tokyo. Malgré la crise sanitaire et beaucoup d’incertitudes, la France espère maintenir ses objectifs de performance pour de cette 32ème Olympiade. 

1 - “Nous ne faisons qu’un” 

C'est LA grande annonce de ces Jeux Olympiques de Tokyo ; la fusion des équipes olympiques et paralympiques en une seule équipe de France. Il n’existe désormais plus qu’une fédération pour tous les athlètes amenés à représenter la France sur les scènes sportives internationales. “C’est une très bonne chose car cela montre la volonté des deux comités à travailler ensemble” a expliqué Marie Bochet skieuse handisport et médaillée d’or aux Jeux Paralympiques de Russie et de Pyeongchang en ski alpin (2014 – 2018). Cette décision vient symboliser la volonté des institutions sportives de rendre la représentation du sport de haut niveau toujours plus inclusive. 

2 – Un homme et une femme porteront le drapeau de la délégation

Là encore, le sport est pénétré des débats sociétaux toujours plus vifs sur la parité et l’égalité. Denis Masseglia, président du CNOSF s’est dit “heureux” de cette nouvelle donne. Concrètement, les 31 fédérations en lice pour les J.O. désignent des ambassadeurs en fonction de leurs palmarès sportifs et de leurs médailles olympiques. Parmi les 59 ambassadeurs désignés, certains ont eu la possibilité de se porter candidats. Pour Tokyo, 12 femmes et 7 hommes se présentent au rôle de chef d’équipe de la délégation. Dès lors, ce seront aux ambassadeurs de désigner le binôme paritaire qui les représentera. À côté du vote des athlètes, le public pourra lui aussi prendre part à la désignation par un vote ouvert du 1er au 30 juin 2021. En cas de positivité au COVID-19 d’un membre du binôme, le CNOSF se chargera de désigner des suppléantCrédits : CNMode de sélection des porte-drapeaux

Crédits : CNOSF

3 – Des conditions de déroulement très restreintes 

Le déroulement des Jeux Olympiques se fera sous cloche. Les conditions de déplacement des athlètes sont très restreintes et il ne faudra pas s’attendre à la fête sportive que représente d’ordinaire ce rendez-vous. Si le CNOSF précise qu’il n’est pas obligatoire d’être vacciné pour participer aux Jeux, il faudra néanmoins se soumettre très régulièrement aux tests PCR prévus par l’organisation. Comme annoncé depuis le mois de mars dernier, il n’y aura pas de public étranger et les accréditions des staffs des sportifs ont été “resserrées”. Même le Club France, d’ordinaire le centre névralgique des athlètes et de la presse se fera sous une forme minimale comme a laissé entendre Denis Masseglia.  

- Une délégation estimée à 370 athlètes 

C’est la projection révélée par le CNOSF lors de la conférence de presse des 100 jours avant Tokyo. Une estimation encore très approximative puisque de nombreuses épreuves qualificatives ont été repoussées voire annulées et que la liste des qualifiés pour Tokyo en Olympique et Paralympique est encore très mince. Aussi, pour permettre aux athlètes de se qualifier le CNOSF a arrêté la publication de la liste complète des athlètes au 5 juillet prochain soit un peu moins d’une vingtaine de jours avant le début des Jeux.  

5 – Un compteur prévisionnel de médailles à 35  

C’est là encore une moyenne prise en fonction des curseurs posés par Pékin (41) et Rio (42) Le sport Français espère bien remplir voire dépasser ce chiffre, une nécessité, encore plus qu’un espoir compte tenu de l’organisation des Jeux à Paris en 2024.

6 -  Les primes sur les médailles revues à la hausse

C'était une promesse du Ministère des Sports et c'est maintenant chose faite. Les primes sur les médailles de Tokyo ont été augmentées. Une médaille d'or rapportera désormais 65 000 euros à l'athlète (au lieu de 50 000), 25 000 pour une médaille d'argent (au lieu de 20 000) et 15 000 pour une médaille de bronze (au lieu de 13 000).