fbpx

Cysique en Argent, Lefort floué

JO Tokyo 2021
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

 C'est une médaille d'argent au goût amer pour Sarah-Léonie Cysique. La Guadeloupéenne a dominé sa finale mais s'est mis à la faute rapidement avec une prise d'appui sur la tête, chose interdite au judo. De son côté, le fleurétiste Enzo Lefort a chuté en quart de finale contre le champion Olympique en titre Daniele Garozzo. Un match marqué par des cartons rouges et de la roublardise de la part de l'italien.

 

Cette médaille, Sarah-Léonie Cysique est allée la chercher le couteau entre les dents. Handicapée par une blessure à la hanche droite, contractée en quart de finale, la Guadeloupéenne a réussi à passer les demi-finales au mental. Un exploit pour elle qui s'est tout de même débarrassé de la championne du monde, la Canadienne Klimkait, au bout de 3 minutes d'un golden score irrespirable. Mais sa finale, Sarah-Léonie Cysique y aura goûté à peine plus d'une minute. Après avoir très bien débuté son combat en prenant les choses en main contre la Kosovarde Nora Gjokova, le couperet tombe : carton rouge et élimination pour avoir pris appui sur la tête lors d'une mise à terre de son vis-à-vis. Une chose formellement interdit par le règlement pour sa dangerosité. Il s'agit d'une sanction extrêmement rare dans le judo actuel mais qui prive Sarah-Léonie Cysique d'une médaille d'or qui lui semblait promise. À la sortie du tatami, la jeune femme de 22 ans se tourne vers son entraîneur en larmes et semble lui demander des explications. Sans doute sonnée par la décision des arbitres, la Guadeloupéenne n'a peut-etre pas réalisé tout de suite ce qui lui arrivait. 

Pour sa première participation à des Jeux olympiques, Sarah-Léonie Cysique a montré tout son potentiel et a réussi ses J.O en décrochant une médaille d'argent amplement méritée au vu de son parcours. Cependant, il y aura sans doute l'amertume de ne pas avoir pu s'exprimer durant cette finale.

Enzo Lefort voit rouge

Enzo Lefort est tombé contre plus roublard que lui en quart de finale du fleuret. Après une entrée en matière compliquée contre un Mexicain 137e mondial, et une démonstration d’escrime contre le Japonais Saito, le Guadeloupéen a buté contre le champion olympique en titre l’italien Garozzo. Ce dernier très fort en parade riposte, commence à entrer dans son match après avoir subi 2 touches d’Enzo. Puis à 4-2 pour l’italien, Enzo se fend et percute le masque de Garozzo, laissant le transalpin groggy quelques secondes. Pour ce geste involontaire, il écope d’un carton rouge, offrant une touche supplémentaire à l’italien : 5-2. Un carton rouge par forcément compris par le Guadeloupéen et qui va lui donner de la fougue pour revenir à 5-5.

 

Voyant Enzo refaire son retard, l’italien est soudain pris de crampe sur une attaque. Il demande 5 minutes de pause médicale alors qu’il reste 22 secondes dans le premier tiers-temps. De retour sur la piste, le champion olympique en titre est mieux en jambes et provoque un deuxième carton rouge pour Enzo qui s’est retourné sur une attaque. Le score est de 8-6. Puis il enchaine les attaques dans le camp du Guadeloupéen pour mener 7-10. À chaque touche, Garozzo se tourne vers l’arbitre pour demander la faute d’Enzo Lefort et ainsi glaner des points sur pénalité. Une stratégie qui s’avère payante puisque, le Guadeloupéen écope d’un 3e carton rouge alors qu’il venait de marquer une touche. Ensuite la technique de Garozzo a fait le reste pour se défaire d’Enzo Lefort 15 touches à 11.

"Mon adversaire s'est adapté par rapport à mes cartons rouges. Il faut reconnaître qu'il a su me bloquer sur mes points forts. J'ai essayé de changer de stratégie, de travailler, de varier les tempos mais je ne suis pas parvenu à le faire. Ensuite ça s'est joué à des détails, des touches au corps à corps, c'est dommage". Enzo Lefort, au micro de France TV