fbpx

Les équipages déplient leurs voiles après 10 mois d’arrêt

Le lancement de la saison de voile traditionnelle s'est fait à la base nautique de Petit-Bourg

Voile
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

La saison de voile traditionnelle a redémarré le dimanche 24 janvier 2021 avec la première étape du Challenge Apiyé à la base nautique de Petit-Bourg. Près de 17 équipages se sont lancés à l’eau dans une ambiance qui pourrait presque rappeler l’époque pré-Covid19.

La lumière du généreux soleil de janvier tape sur les voiles colorées des canots traditionnels. Partout, entre les canots, les équipiers s’activent et prennent les consignes de course des patrons. Cette ambiance, si typique de la voile traditionnelle locale, était loin dans les mémoires après une saison 2020 arrêtée dès le mois de février et l’annulation du Traditour2020.

Pour autant, la voile traditionnelle profondément bouleversée en 2018 s’affiche plus forte et soudée que jamais. Malgré le manque d’entraînement, 17 canots de la flotte ont émargé pour le départ.

« Les équipiers avaient soif de compétitions. Certains se sont entraînés quand ils le pouvaient, il y a eu quelques rencontres inter-clubs, mais pas de compétitions. Les naviguants étaient près et il fallait avoir une confrontation car c’est  que réside la beauté de la course. » - Victor Jean-Noël président de la Classe des Canots Saintois de Voile Traditionnelle.

Dans la flotte, les « gros mordants » habituels, les jeunes loups aussi, mais également de nouvelles têtes ; avec un nom bien connu dans le milieu, Steven Foy, à la tête de l’ékipaj Coq-La qui s’en tire plutôt bien en prenant la seconde place de la manche.

Pas de liesse populaire

Toutefois, cette année, il ne faut pas s’attendra aux challenges qui prennent des airs de fête dominicale. L’accès du public aux canots est strictement réglementé, voire même interdit, protocole sanitaire oblige. Les challenges, comme d’autres disciplines sportives populaires, sont surveillés par les services de la préfecture. Pour s’assurer du respect des mesures, la Classe a donc monté une cellule de veille animée, entre autres, par Danielle Altis.

L’avenir de la saison de voile n’est pas encore tout à fait dégagé. Les deux prochaines étapes seront cruciales (Saint-François et Sainte-Anne) en espérant qu’une nouvelle reprise active du virus ne viennent pas mettre un coup d’arrêt à cette dynamique.