fbpx

Nouveau cri du coq, cette fois en hommage à Monsieur Dabriou

Crédits Photo : W.Fresh Photography

Voile
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Troisième et avant-dernier rendez-vous de la Voile Traditionnelle avant la tenue du championnat, le 13 mars dernier. Cette fois, c’est sur le bik de l’A.NA.SA que les équipages étaient conviés. Encore une fois, la manche de Sainte-Anne, toujours pleine de rebondissements, a été à la hauteur de sa réputation.

Retrouvez le classement complet de la manche ici.

Cette voile blanche et ce canot bariolé… cet équipage qui ne paie pas de mine mais qui reste costaud sur les épreuves. Manche après manche, Coq-La confirme sa position de leader de la flotte, alors même que les prétendants à ce statut sont particulièrement nombreux et doués. D'ailleurs, l’épreuve de Sainte-Anne leur permet, en général de régaler le public d'une magnifique régate.

Ce dimanche, tous les voyants étaient au vert pour la tenue du spectacle. La flotte était presque au complet avec le retour sur l’eau du vieux briscard Jean Forbin, et en mer, un vent soutenu, renforcé de belle rafales à l’avant des grains promettaient une navigation musclée assortie de beaux surfs. Ces conditions, en général, sont favorables à plusieurs équipages parmi lesquels les champions en titre Léwop Sé Nou Osi, GRC-FDJ de Carl Chipotel qui joue à domicile, mais aussi Jonas Astorga, discret pour le moment sur les challenges mais capable d’un coup d’éclat à n’importe tel moment, sans oublier les Forbin père et fils, toujours en mesure de tirer avantage des erreurs de navigation de leurs adversaires.

Le moment crucial du départ

En général, il est difficile de rattraper un mauvais départ et encore plus dans ces conditions à Sainte-Anne. Aussi, dès le signal du bateau-comité, c’est la foire à l’empoigne. À l’avant, on retrouve la voile marquée du sceau de l’étoile bleue, bien placée en 3ème position avec quelques challengeurs. Non loin, suivent Coq-La, Colimat Express, FDJ-GRC et un certain Marcellin Wilbon à ne surtout pas sous-estimer.

Mais alors que les pions de cette régate se mettent en place, le canot Léwop Sé Nou Osi subit une avarie mineure, mais aux lourdes conséquences pour la suite de la course.

« Juste au moment de prendre la bouée au vent, on a la manille textile, cette petite cordelette très résistante qui relie la drisse à la voile qui a lâché. Sur le coup, on ne réfléchit pas trop, on continue la course avec la voile à moitié hissée et puis au bout de moment, il nous faut nous résoudre à dessaler volontairement pour réparer, remettre le bateau sur l’eau et repartir. Mais le temps de faire tout cela, les concurrents nous passent devant et nous sommes contraints de renoncer à nos ambitions. » explique Hugo Thélier, patron du canot

Avec Léwop sur le banc de touche, la course s’ouvre soudainement mais pour quelques minutes seulement. Steven Foy va prendre les choses solidement en main et résiste au marquage de Jonas Astorga.

Le chant du coq

Redoutable une fois à l’avant avec sa capacité à rester concentré d’un bout à l’autre de la course, Steven Foy va contrôler de manière à ne laisser aucune chance à Astorga ou même au très remuant Philibert Josias qui pourtant ont les dents longues. Il arrache donc la victoire de cette 3ème manche, qui revêt pour lui une importance toute symbolique.

« Cette victoire nous met vraiment en confiance, c’est la 2ème victoire d’affilée. C’est d’autant plus important que nous avons un grand Saintois, M. Alain Dabriou qui nous a quitté la semaine dernière et nous lui faisons honneur aujourd’hui. Ce qui importe c’est que le patrimoine soit honoré et transmis et au-delà de nos performances, nous voulons mettre d’autres équipages saintois sur l’eau en Voile Traditionnelle. »  martèle Steven Foy.

En seconde position, on retrouve Jonas Astorga suivi de Josias Philibert qui confirme par ce résultat, lui aussi une belle montée en puissance.

Pour rappel, Alain Dabriou est le fondateur de la Voile Traditionnelle « moderne », un marin aguerri, parmi les seuls capables de se repérer dans les pires grains blancs de Guadeloupe. Barreur et équipier hors pair, il est le vainqueur de la deuxième édition du CGVT, l’ancien format de course de voile traditionnelle. Aussi talentueux qui discret, son décès a endeuillé l’ensemble du monde de la mer local.

Crédits Photo : Blog Raymond Joyeux