fbpx

Crédits Photo : H'RY PROD

Pour la troisième saison consécutive, le Good Luck Rugby en partenariat avec le Stade Toulousain a profité des vacances pour mettre au point un stage spécial de beach rugby. L’ambition est de miser sur l’aspect ludique du jeu pour continuer d’inculquer à la fois les valeurs du sport et ses phases fondamentales.

Pour une fois ce ne sont pas les vagues qui sont la cause des cris de joie des enfants rassemblés sur la plage de la Datcha, mais bien une session de beach rugby concoctée par les éducateurs du Good Luck et du Stade Toulousain. Au programme de petites phases de jeu qui promeuvent la philosophie de jeu du stade toulousain posée sur le triptyque « Jeu, Vitesse, Mouvement ».  Ce partage est loin d’être destiné uniquement aux licenciés du Good Luck puisque tous les enfants des clubs de Guadeloupe y étaient conviés.

« Nous sommes sûrs que les enfants prennent du plaisir en pratiquant de type de jeu, ils restent debout, ils mettent de la vitesse. Il faut vraiment que les enfants jouent un maximum et les éducateurs sont prêts et là pour animer ce type de séances. Ces petites choses-là permettent de faire grandir nos écoles de rugby. » explique Bertrand Lagarde, éducateur au Stade Toulousain.

Les enfants ne sont pas les seuls à profiter de cet échange. Ces séances permettent aussi aux éducateurs Guadeloupéens d’enrichir le panel d’exercices qu’ils peuvent proposer aux petites sections.

« Au contact des éducateurs du Stade Toulousain nous donnons un niveau de compétence et de formation aux jeunes. Dans un second temps, nous pensons à la compétition, mais ce n’est pas l’objectif principal. Pour le moment nous souhaitons surtout que les petits licenciés prennent du plaisir à la pratique. » Franck Chauvel, co-président du Good Luck Rugby.

Voilà plusieurs années que le rugby développe cette stratégie pour attirer de nouveaux licenciés et elle a déjà donné de très bons résultats. Dans un premier temps, elle a réussi à séduire les parents qui n’ont pas toujours une très bonne image de la discipline en raison du contact qu’elle implique. Mais la joie de jouer ensemble exprimée par les enfants – à la fois filles et garçons – aura eu raison de leurs réticences. À l’image de Zoé qui espère pouvoir participer à d’autres séances.

« Je suis très heureuse d’être ici. On est ensemble, on joue, on apprend, c’est vraiment très drôle et j’espère vite revenir. »

La prochaine semaine de stage ciblera cette fois les catégories supérieures de U12 à U19.