fbpx

Crédit Photo : Les Bulls

Le rugby continue sa conquête du territoire Guadeloupéen avec l’officialisation d’un nouveau club installé sur l’île de Marie-Galante. En pleine structuration, l’équipe de volontaires espère bien, rapidement, faire arriver une nouvelle équipe dans le championnat local.

Après le futsal et le badminton, Marie-Galante continue d’enrichir son plateau sportif avec l’arrivée du rugby officialisé par la naissance d’un club baptisé « Les Bulls ». L’origine du club trouve sa source dans un mélange de hasard et de passion. Le hasard est celui qui guide les pas de Philippe Cabal, ancien cadre des Barracudas de Saint-Barthélémy, vers l’île de Marie-Galante après la catastrophe de l’ouragan Irma.

« Après Irma, j’ai tout perdu. Quand je suis arrivé à Marie-Galante, j’ai commencé à m’amuser un peu avec d’autres personnes sur la plage, à se lancer quelques ballons. Nous avons vu des gamins qui s’ennuyaient et nous les avons invités à nous rejoindre. Ainsi, petit à petit, nous avons constitué des entraînements avec toutes les bonnes volontés qui voulaient nous rejoindre. » se souvient Philippe Cabal, président de l’association

Le succès grandissant de ces petites sessions encourage alors les équipes à structurer un peu plus l’activité en déterminant des créneaux d’entraînement, d’abord sur la plage, puis dans le stade de Grand-Bourg, d’un commun accord avec le service des sports de la mairie.

« Notre demande a été très bien acceptée par la municipalité et par le service des sports. Une fois que nous nous étions présentés, nous avons pu avoir accès au stade selon les créneaux disponibles. »

Dès lors, l’association naissante peut proposer deux entraînements par semaine. Le premier est réservé aux enfants de 16h30 à 18h sur la plage du 3ème Pont et le second, aux adultes de 16h30 à 22h au stade.

Une école de rugby et bientôt une équipe

Aujourd’hui, « Les Bulls » rassemblent une vingtaine d’enfants et une dizaine d’adultes. Pour l’instant, la priorité reste l’école de rugby. L’ambition est de continuer la formation des enfants de l’association, tout en menant une opération séduction auprès des écoles de toute l’île ( collèges, lycées) pour alimenter le recrutement de nouveaux talents. Le tout avec la bénédiction du comité territorial qui a déjà éprouvé l’efficacité redoutable de cette stratégie en Guadeloupe. D’ailleurs, le club devrait être rejoint, dès le mois de janvier, par un nouvel entraîneur, ancien cadre de Toulon.

L’équipe senior devrait naître dans un second temps, composée des seniors de l’association, renforcés, au besoin, par des transfuges venus de la Guadeloupe.

« Nous avons déjà discuté de possibles ententes avec les présidents de clubs de la Guadeloupe et ils sont enchantés de cette perspective. On pourra aussi accueillir une journée de championnat à Marie-Galante qui sait, dans le futur. » se réjouit Philippe Cabal.

Le plus gros défi de l’association reste le financement. On est loin des jours fastes de Saint-Barthélémy. À Marie-Galante, il ne faudra pas vraiment compter sur les collectivités, reste à tenter de séduire les quelques entreprises privées de l’île, mais Philippe Cabal ne se fait pas d’illusion, il sait que la tâche sera ardue.

« Nous irons voir les compagnies maritimes pour essayer de négocier des tarifs préférentiels pour les déplacements de l’équipe, on va aussi se présenter aux chefs d’entreprise et aux restaurateurs pour voir s’ils ont envie de nous suivre dans cette aventure. »  

En dehors des partenariats, l’association comptera sur les traditionnelles kermesses et barbecue pour tenter de se construire une trésorerie.