fbpx

Stage de Body Karaté avec Laurence Belrhiti

Karaté
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

C’est peu de dire que Laurence Belrhiti est tombée dans la marmite karaté quand elle était petite ! Fille de Catherine Belrhiti, double championne du monde combat, et de Patrice Belrhiti, 9ème dan, champion d’Europe combat, la jeune femme tenait à se faire un prénom. C’est chose faite, avec le Body Karaté, une discipline en plein essor, qui compte plus de

7000 adhérents en métropole. En Guadeloupe, seuls 2 clubs pratiquent le Body (à Gosier et à St Claude), mais cela pourrait vite changer, grâce à la session de formation mise en place début janvier par la Ligue de Karaté, à laquelle sept professeurs guadeloupéens étaient inscrits.

Qu’est-ce que le Body Karaté ?

Enchaînant techniques de karaté sur des rythmes très soutenus et entraînants, ce sport très complet travaille le cardio, la coordination, le tonus musculaire, l’équilibreen visant un public qui n’oserait peut-être pas franchir les portes d’un dojo.. Là, pas de contact, mais une pratique sécurisée ; pas de cadre rigide ni de cérémonial qu’affectionnent les japonais, mais une ambiance fun et décontractée…

Qu’en pense Laurence Belrhiti ?

Le Body, ce n’est pas juste une version dansée du karaté, c’est surtout une façon ludique d’aborder un art martial dont les bienfaits ne sont plus à démontrer. Pour moi, c’est également un moyen de lutter contre les violences faites aux femmes, en leur donnant confiance en elles par le biais d’une meilleure image d’elles-mêmes. Bien sûr, le Body est ouvert aux hommes, mais souventle côté fitness rebute un peu ces messieurs ! J’ai passé une formidable semaine, avec des professeurs motivés. D’ici septembre, ils ouvriront leur section Body, et je leur souhaite le meilleur.