fbpx

Angèle Clamy, la petite pépite de la savate Guadeloupéenne

Crédits : Images personnelles

Savate
Typography
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Pour un premier déplacement, Angèle Clamy, jeune pensionnaire de la section boxe française du CREPS Antilles-Guyane s’en tire plutôt bien. Elle est revenue de ses premiers championnats de France avec une médaille d’argent et un titre de vice-championne pour la catégorie minime (-65kg).

Ce premier titre marque la fin d’un véritable marathon physique et mental. Les jeunes Guadeloupéens ont eu peu de temps pour se préparer et ont vécu des phases intenses d'entraînement en vue d'une qualification aux France. Le défi a été relevé avec, en première étape, le tour de zone qui s’est tenu à Marseille le 14 mai 2022. À ce stade, Angèle Clamy fait partie des cinq jeunes du CREPS à être qualifiés. Mais à la fin des assauts, il ne restera qu’elle et un ticket pour les phases finales à Paris le week-end du 21 et du 22 mai 2022. Pour Kanaël Hereson, coach des compétiteurs du pôle, ce résultat montre bien la qualité du travail réalisé cette saison avec les jeunes.

« Pour l'ensemble de la délégation, c'était la première expérience sur une compétition nationale et cela s'est fait sentir face à des adversaires qui ont l'habitude de boxer régulièrement. Cela est prometteur pour la suite. »

Angèle, elle a désormais une semaine pour récupérer, améliorer sa boxe et se présenter sur le ring des finales

Vaincre le stress

À 13 ans, noyée dans une enceinte gigantesque et parmi les meilleurs espoirs du national, il a été très compliqué pour la jeune Angèle de maîtriser son stress.

« Même si j’avais la détermination de gagner et de représenter mon île et mon club, c’est vrai que j’ai été très anxieuse. Heureusement, les conseils de ma mère et de mon coach m’ont aidé. Au final je devais transformer ce stress en énergie positive, rester confiante en ma boxe et m’amuser. »

Résultat, la combattante efface ses adversaires les unes après les autres pour se retrouver face à une jeune fille d’un niveau sensiblement égal au sien.

« Tout pouvait arriver sur cette rencontre. Je me suis contentée de la repousser dès que je le pouvais pour qu’elle n’entre pas dans mon espace et de placer des coups qui rapportent des points. »

Une stratégie qui semble fonctionner. A la sonnerie finale, les juges sont extrêmement partagés, mais à la surprise générale ce sera finalement son adversaire qui remporte le titre.

« Je suis heureuse de ce résultat, d’autant plus qu’à la fin du combat, les coachs de mon adversaire sont venus me féliciter et m’ont avoué qu’ils pensaient vraiment que le titre me reviendrait. »

De retour depuis peu en Guadeloupe, Angèle se repose mais avec désormais des objectifs neufs. Cette première expérience lui a donné une idée claire du niveau à avoir pour remporter un titre de championne de France.